FAIRE UNE RÉSERVATION

Meilleur prix garanti
Transaction sécurisée

Vous avez un code promotionnel ?

Une légende foyalaise

En séjournant à l’Impératrice, vous résidez dans un lieu unique, chargé d’histoire, véritable composant de la vie culturelle Martiniquaise et du patrimoine Foyalais.

Histoire

En compagnie de son épouse Fernande, Charles Glaudon est en croisière, quand, conscient du manque d’hôtels en Martinique, commence à germer en lui l’idée d’une construction révolutionnaire pour l’époque.
Nous sommes dans les années 50, et pour séjourner en Martinique, les voyageurs ne disposent que de très peu de lieux d’hébergement.

Au retour de la croisière, la décision est prise, ce sera un hôtel, jouxtant sa pharmacie déjà existante. Il reprend le bateau, le soir même pour la France, afin de s’enquérir des étapes et des contingences liées à une construction.
Sa passion du béton le conduit à ébaucher avec son frère Pierre un avant-projet.

Les plans de l’Impératrice seront signés par Marcel Cidalise-Montaise, jeune architecte qui a finalisé les calculs et les travaux réalisés par M. Lagrancourt, entrepreneur en bâtiment, oncle de M. Glaudon.
L’hôtel est alors réalisé en 1955 et inauguré en février 1956.

Le nom de l’Impératrice est choisi pour séduire la clientèle métropolitaine et américaine qui associe la Martinique au nom de l’impératrice Joséphine.
Depuis 1956, L’Impératrice est resté un hôtel de famille, géré de mère en fille par la famille Glaudon.

Un monument remarquable du XXème siècle

L’Impératrice est implanté face au parc de « La Savane » de Fort-de-France, place principale de la ville.
Le bâtiment est une des variantes du modernisme, style « paquebot ». C’est un modernisme « balnéaire », tel qu’on en trouve notamment en Floride et au Brésil.

Il comporte cinq étages, avec des dégradés de plans progressifs qui donnent une dynamique très séduisante. Les plans horizontaux sont soulignés par des balcons qui filent sur trois côtés et structurent la façade avec vigueur et élégance. Les balcons sont pourvus de rambardes tubulaires copies de bastingages. Le quatrième étage comportait deux grandes terrasses ouvertes latérales – qui ont été ultérieurement couvertes – avec un bassin, reliées entre elles par un promenoir.

Le décor des sols est réalisé par des mosaïques colorées exécutées avec soin.
Chaque étage possède sa propre couleur identifiable par le carrelage du couloir reproduit dans les chambres et les balcons.

L’Impératrice offrait déjà à l’origine tout le confort moderne : un système de ventilation naturel très élaboré permettait de faire circuler l’air dans tout l’édifice, le premier ascenseur de l’île y a été installé et toutes les chambres, même les plus petites bénéficiaient de leur salle de bain.

En 2017, L’Impératrice a été reconnu par le ministère de la culture et labellisé

« Patrimoine du XXème ».

Vie culturelle

L’Impératrice en plus de l’activité d’hôtellerie est devenu au fil des décennies un lieu incontournable de la vie culturelle Foyalaise.
Artistes, hommes politiques, écrivains… nombreux sont ceux qui s’y sont succédés avec plus ou moins d’assiduité.
Parmi eux on peut citer notamment :
– l’artiste « Khokho » – Joseph René-Corail, peintre et plasticien de talent
– Le chanteur Henri Salavador
– L’écrivain Martiniquais Vincent Placoly
– Les musiciens Paulo Rosine et Francisco
– Les groupes Haïtiens Tabou Combo et les Loups Noirs
– Le pianiste Marius Cultier
– …

Dans cette tradition d’accueil des artistes, de nombreuses manifestations culturelles y sont régulièrement organisées. Expositions d’art, conférences, concerts, banquets historiques… Il s’y passe toujours quelque chose.

Dès son ouverture en 1956 et jusqu’à aujourd’hui, l’Impératrice fut aussi le siège de clubs services réputés tels les Rotary Clubs de Fort-de-France doyen et Sud, le Club Soroptimist doyen, le Lions Club, la Table Ronde, le Club 41 etc…

Par la richesse de son histoire, L’Impératrice est aujourd’hui considéré par beaucoup comme un élément à part entière du patrimoine de Fort-de-France et de Martinique.